UNE DEMARCHE ECO-RESPONSABLE


LES DÉCHETS DU BÂTIMENT :
UN ENJEU CONSIDÉRABLE

Le secteur du BTP est le premier secteur producteur de déchets en France, avec près de 260 millions de tonnes de déchets par an (1)

On estime que 50 Millions de tonnes se retrouvent déposées dans la nature, en décharges sauvages.

Ces dépôts sauvages sont des verrues dans notre paysage, ils polluent les sols, l’eau, et impactent la biodiversité.

Pour le seul secteur du bâtiment, ce sont 40 millions de tonnes de déchets générés chaque année, dont 10 millions de tonnes de déchets non dangereux, et 2 millions de tonnes de déchets dangereux. 93% des déchets viennent du secteur de la démolition et de la rénovation, le reste venant de la construction.(1)

L’enjeu d’ECODROP est de favoriser le flux de ces déchets du bâtiment vers les points de collecte et recyclage gérées dans le respect de l’environnement (installations classées ICPE, rubriques 2710 et 2716, appelées « Déchèteries professionnelles »), et de lutter contre les décharges sauvages.

Ecodrop contribue ainsi aux objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte qui fixe comme objectif de recycler 70% des déchets du BTP en 2020. Les efforts à fournir sont considérables : on estime que seulement 45 % des déchets de chantier du bâtiment sont valorisés (recyclage, réutilisation, valorisation énergétique) (2).

LE PRINCIPE DE L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE

S’opposant au modèle classique d’économie linéaire qui consiste à extraire la matière première et l’énergie, produire le bien, le consommer, puis le jeter, ce concept lié aux notions de développement durable et de préservation de l’environnement repose schématiquement sur trois «R» :

  • Réduire à la source la consommation des matières premières et aussi le coût de leur transport en s’approvisionnant localement ;
  • Réutiliser les matériaux une fois l’objet en fin de vie ;
  • Recycler les déchets pour réalimenter les gisements de matières premières. (3)

Certains déchets du bâtiment peuvent se réutiliser (c’est notamment le cas des palettes utilisées pour le transport de matériaux), mais ils peuvent aussi être recyclés après transformation.

La réglementation, l’intérêt d’utiliser des matières premières secondaires et les changements de comportement de certains acteurs économiques poussent aujourd’hui à moins de gaspillage et plus de valorisation :

Valorisation en énergie

Les déchets, brûlés, sont transformés en énergie, et participent ainsi à la production d’énergie renouvelable.
Si le potentiel de valorisation énergétique était exploité à son maximum, il est estimé que la méthanisation et l’incinération des déchets en France pourraient permettre de produire autant d’énergie que trois réacteurs nucléaires(4)

Valorisation en matière

Après transformation, les déchets peuvent constituer une nouvelle source d’approvisionnement en matières premières. On les appelle les matières premières secondaires.Plus spécifiquement, les déchets valorisables lors d’une rénovation (5) sont les suivants :

  • Polystyrène
  • Moquette
  • Couverture de toit
  • Verre Plat
  • Bois
  • Plâtre
  • Complexe isolant
  • PVC rigide
  • Equipement électrique
  • Lampes
  • DEEE
  • Céramique murale
  • PVC souple
  • Ouvrant
  • Faïance
  • Membrane PVC étanche
  • Métaux

Ces déchets seront transformés en autant de matières premières secondaires, et entreront ainsi dans un nouveau cycle de production.

La part des déchets qui n’est pas valorisable devra être enfoui, dans les installations de stockage autorisées: ISDI pour les déchets inertes et ISDND pour les déchets non dangereux. Ces installations sont gérées dans le respect des normes environnementales.

 

LE RECYCLAGE DES DÉCHETS DU BÂTIMENT :
DES BÉNÉFICES PLURIELS

Les bénéfices du recyclage des déchets du bâtiment sont multiples :

  • Diminution de la pression sur les ressources naturelles non renouvelables:
    Plus les producteurs de matériaux utilisent de matières premières secondaires dans leur circuit de production, moins ils solliciteront les carrières et autres ressources naturelles non renouvelables.
  • Des économies pour les producteurs de matériaux :
    Une fois les process industriels mis en place, l’utilisation de matières issues du recyclage peuvent souvent s’avérer plus économiques que les matières premières pour ces industriels.
  • Des créations d’emploi non délocalisables :
    L’industrie du recyclage emploie plus de 25 000 emplois en France.  Le développement de cette filière permet également de générer des emplois en France, non délocalisables.

ECODROP va permettre la captation de volumes non collectés et non recyclés aujourd’hui, et ainsi favoriser le cercle vertueux de l’économie circulaire, bénéfique pour l’environnement, l’économie, les emplois

Vous êtes artisans, vous souhaitez participer à cette démarche éco-responsable et le faire savoir à vos clients?

Et ce n’est pas tout. En plus d’être plus respectueuse de l’environnement, Ecodrop  est la solution rapide, pratique et économique pour vos déchets de chantier.

Notes des bas de page / sources :

(1) www.ademe.fr ; ww.statistiques.developpement-duable.gouv.fr
(2) Union nationale des exploitants des déchets. www.uned.fr
(3) FFB ; www.ffbatiment.fr
(4) actu-environnement : http://www.actu-environnement.com/ae/news/reseaux-chaleur-methanisation-incineration-dechets-energie-fatale-28380.php4#video&xtor=EREC-107
(5) (*) Projet Democles ; www.recylum.com/democles